Faire dormir bébé en un clin d'oeil, comment s'y prendre grâce à nos astuces et conseils

Apprenez à votre bébé à dormir(en à peine 7 jours)

Etes-vous esclave du baby phone ? L’une des choses les plus importantes à faire pour votre santé est de mettre fin aux mauvaises habitudes de sommeil de votre enfant, ainsi qu’aux vôtres.

Un point sur le sommeil de bébé



Pendant les tout premiers jours de la vie de votre nouveau-né, vous vous concentrez sur ce qu’il y a de mieux pour lui, vous lui achetez un joli lit et une excellente literie, dont un bon oreiller en sarrasin et de beaux draps. C’est pourquoi vous ne prêtez pas attention à vos nuits trop courtes. Jusqu’à la sixième semaine environ, jusqu’à ce que le fait de devoir vous réveiller toutes les 3 ou 4 heures commence à vous épuiser. Lorsque bébé atteint l’âge de 3 mois, vous faites semblant de dormir, espérant que votre partenaire se lèvera le premier pour préparer un biberon. Vous ne vous souvenez plus de ce que c’est que de ne pas se sentir fatigué.

La bonne nouvelle, c’est que la plupart des bébés commencent à faire leurs nuits vers 3 ou 4 mois, « si vous les laissez faire », précise Charles Schaefer, auteur de “Gagner la bataille du sommeil : endormir votre enfant », paru en 1998. Or de nombreux parents, sans s’en rendre compte, encouragent les mauvaises habitudes de sommeil de leur bébé, lesquelles peuvent perdurer pendant plusieurs années. Si votre bébé est âgé de 6 mois et pleure encore la nuit, il est temps pour vous de commencer le programme. Et même si vous avez un jeune enfant, il n’est jamais trop tard pour lui donner les outils pour un bon sommeil. Notre plan de 7 jours vous garantira une bonne nuit réparatrice, à vous et à votre bébé, avec de moins en moins de pleurs nocturnes.

Découvrez nos meilleures astuces pour aider votre bébé à dormir. Commencez dès maintenant.

  • 1er jour : Mettez en place une routine


Les bébés confondent le jour et la nuit, faisant de longues siestes durant l’après-midi
et se réveillant la nuit pour jouer. Mais aujourd’hui, vous allez remettre cela en ordre. « Les dernières recherches ont montré que l’on pouvait expliquer aux enfants la différence entre le jour et la nuit », déclare John Herman, Directeur de la Clinique des Troubles du Sommeil au Centre Médical pour Enfants de Dallas. Il faut juste que vous ayiez les astuces pour que cela puisse se mettre en place.

Réveillez votre bébé de bonne heure demain matin et instaurer une routine de réveil tous les jours à la même heure. Placez son berceau près d’une fenêtre et ne fermez pas les rideaux. « La lumière naturelle aide les bébés à régler leurs rythmes circadiens », explique le Dr Herman. Le laisser faire la sieste avec les rideaux ouverts procède du même phénomène. « Quand les bébés se réveillent de la sieste à la lumière du jour, ils comprennent que c’est le moment de se lever. S’ils se réveillent la nuit dans l’obscurité, ils apprendront à se rendormir », commente t-il.
A l’heure du coucher, instaurez quelques rituels calmes. « Décidez d’une routine propre au coucher », ajoute Claire Lerner, spécialiste au Centre National Infantile pour Jeunes Enfants de 0 à 3 ans et leurs familles de Washington D.C. Mettez votre enfant en pyjama et couchez le dans son berceau pour la nuit, lumière éteinte. Juste avant de le bercer, lisez lui une histoire ou chantez lui une petite chanson, ce qui aidera son système moteur et sensoriel à ralentir.

  • 2ème jour : Mettre en pratique la routine


Aujourd’hui, vous allez mettre en place la routine que vous avez commencé à établir hier. Si votre enfant réclame toujours un biberon la nuit, cela peut être le moment d’accentuer la différence entre le jour et la nuit, précise Robert Ballard, Directeur du Centre de la Santé et du Sommeil au Centre Médical Juif de Denver. « Donnez le biberon la nuit dans une ambiance très détendue et sous un très faible éclairage. Faites tout ce que vous pouvez pour éviter de stimuler votre bébé », ajoute t-il. « En revanche, durant la journée, faites du repas un moment d’activités intenses, en lui chatouillant les pieds ou en lui chantant une comptine, afin qu’il perçoive bien la différence ».

Soyez également toujours attentif à ce qui rassure votre bébé le soir. « Un bain peut calmer un bébé alors qu’il en revigorera un autre », ajoute Lerner. Vous pouvez aussi vouloir vous aider d’une boîte à musique, conseille un psychologue et pédiatre au Centre de Recherche sur le Sommeil de l’Université de Michigan. « Le ronronnement d’un ventilateur ou d’un climatiseur ou le fond sonore d’une radio fonctionne bien pour de nombreux bébés. Ce qu’il y a de bien avec ces méthodes, c’est que vous pouvez les arrêter dès que voyez que votre bébé commence à s’endormir ».




  • 3ème jour : Les pleurs reviennent


Endurcissez-vous : Ce soir, vous couchez votre bébé dans son berceau alors qu’il est encore éveillé. « C’est la seule chose la plus importante à faire », ajoute le Dr Schaefer. "S’il s’endort pendant que vous le nourrissez la nuit, par exemple, réveillez le suffisamment pour qu’il ait les yeux ouverts lorsque vous le remettez dans son berceau ». Bien sûr, il risque de pleurer plus ou moins fort. Mais soyez assuré que vous ressentirez plus fortement ses pleurs qu’ils ne le sont réellement pour lui. Les parents ont tous tendance à ne pas supporter les pleurs de leur bébé mais essayez juste de garder à l’esprit que le résultat - dormir ! – sera bénéfique pour toute la famille. « Chassez de votre esprit la crainte que le fait d’ignorer les pleurs de votre bébé pourrait le traumatiser”, insiste le Dr Schaefer. Si vous avez subvenu à tous ses besoins dans les autres situations, celle-ci ne va pas à elle seule ébranler son sentiment de sécurité.

Ne vous préoccupez pas non plus de laisser un très jeune bébé pleurer. En fait, plus l’enfant est jeune, plus le processus sera facile à mettre en place. « Les bébés âgés de 5 ou 6 mois vont naturellement être plus perturbés parce que vous avez changé les règles les concernant », ajoute le Dr Schaefer. D’un autre côté, un bébé de 3 mois connaît uniquement la routine que vous créez. « Chez les bébés les plus jeunes, les parents pensent toujours que les pleurs vont durer plus longtemps qu’ils ne durent réellement, annonce Pamela Directeur Médical de l’Unité Développement Infantile du Service Femmes et Enfants de l’Hôpital de Providence. « Les enfants de moins de 5 mois ne pleurent pas plus de 15 à 20 minutes avant de s’endormir ».

S’il s’ensuit une bataille royale, allez régulièrement voir votre enfant pour le rassurer de votre présence, disons toutes les 5 minutes la première nuit. Mais vos visites doivent être brèves : n’allumez pas la lumière, ne le sortez pas de son berceau, ne lui donnez rien pour le consoler. « S’il s’endort avec l’une des ces tétines, il pleurera pour que vous lui en donniez une la nuit prochaine”, précise Lerner.

  • 4ème jour : Tenez bon


La nuit dernière a été longue. Espérez une amélioration cette nuit. Votre bébé va anticiper le fait que ses pleurs n’auront aucun résultat. S’il proteste, allongez l’intervalle de vos visites à 10 minutes. Et quoi qu’il arrive, ne lâchez pas. “Si vous n’êtes pas constant, le bébé le sentira et en profitera : il pleurera deux fois plus la nuit suivante ».

  • 5ème jour : Bébé prend ses marques


La plupart des bébés intègrent ce programme en 3 à 5 jours, alors cette nuit est peut-être votre nuit de chance. Si votre enfant est toujours réticent à s’endormir, allonger l’intervalle de vos visites à 15 minutes. « Certains enfants ont besoin d’être rassurés par vos visites, mais pour d’autres c’est un jeu”, ajoute Lerner.

"Allez voir votre bébé sert avant tout à rassurer les parents », dit le Dr. High. "Si vous constatez que le fait d’aller voir votre enfant provoque en lui une réaction que vous pouvez tolérer, alors très bien, pas de problème. Mais si ce n’est pas le cas, alors il vaut mieux laisser la porte entrouverte afin de pouvoir garder un œil sur votre bébé sans que ce dernier ne vous voit ».

L’autre problème fréquent à ce stade, c’est celui du biberon la nuit. A l’âge de 3-4 mois, la plupart des enfants ont le poids suffisant pour s’en passer. Evidemment, vous ne pouvez pas prendre la décision de les supprimer de vous-même. Mais vous pouvez faire en sorte que le ces moments soient le plus courts et le plus calmes possible : câlinez votre bébé mais ne lui chantez pas de berceuse, laissez la lumière éteinte même si vous devez lui changer la couche et remettez le dans son berceau dès qu’il a fini de boire. Ne tombez pas dans le mythe du gros bébé qui pleure la nuit parce qu’il a faim. Les bébés bien portant ont au contraire moins besoin d’être nourris la nuit, ils se réveillent la nuit pour d’autres raisons. Parfois, les gros bébés qui pleurent la nuit le font précisément parce qu’on leur donne trop de biberons, fait remarquer le Dr. Givan. « Le fait qu’il boive trop de biberons signifie qu’ils auront les couches plus vite mouillées, ce qui les réveillera plus vite de nouveau ».

  • 6ème jour : Bébé fait sa nuit


Cela semble tenir du miracle, n’est-ce pas ? Et il y a des chances que cela vous déconcerte, les premiers temps. Vous allez probablement vous réveiller pour aller voir si votre bébé va bien. Détendez-vous. Mettez-lui un pyjama bien chaud, comme cela vous ne vous demanderez pas s’il ne s’est pas découvert et éteignez le baby phone de manière à ce que vous ne l’entendiez que s’il est réellement en détresse. Maintenant que vous avez fait autant de progrès, ne gâchez pas tout en vous ruant dans sa chambre au moindre bruit. Laissez votre enfant se rendormir de lui-même. Vous avez-vous aussi besoin de vous détendre afin de retrouver le sommeil.

  • 7ème jour : Vous dormez profondément vous aussi


Vous pouvez être fier de vous ! Félicitations ! Non seulement vous avez retrouvé le sommeil mais vous avez rendu un grand service à votre enfant : de bonnes habitudes de sommeil sont aussi importantes qu’une bonne hygiène pour le bien-être d’un enfant. Bien sûr il y aura parfois de petites « rechutes » lorsque bébé sera malade ou si vous avez loué une chambre d’hôtel où il n’aura pas ses repères familiers.
"Même les enfants qui dorment bien rencontrent de temps à autres des problèmes de sommeil », dit le Dr Givan. Mais n’hésitez pas à recourir à notre plan infaillible dès que vous en ressentirez le besoin. Votre enfant y répondra d’autant plus facilement qu’il en connaît désormais le fonctionnement.